La résidence des Jésuites, lieu de justice de Montréal entre 1765 et 1799


RÉSUMÉ

En 1692, les Jésuites achètent le terrain situé au nord de la rue Notre-Dame débordant largement l’actuelle Place Vauquelin, « terrain de six cent quarante-six pieds de front sur cent vingt pieds de profondeur » avec vue sur le terrain en pente- futur Château de Vaudreuil et actuelle Place Jacques-Cartier- aboutissant au fleuve. Au centre sud de ce terrain, les jésuites construisent leur chapelle privée, leur résidence et une église publique qu’entoureraient aujourd’hui l’Hôtel de ville et le palais de 1856.La suppression de la Compagnie de Jésus d’abord par le Roi de France en 1764 puis celle de 21 juillet 1773 par le Pape Clément XIV en vertu du bref apostolique Dominus ac Redemptor incitent les autorités britanniques à s’emparer de la résidence des Jésuites pour des fins judiciaires, notamment comme palais de justice. Les Jésuites reviennent au Québec en 1842, En 1888, le Gouvernement d’Honoré Mercier fait adopter une loi relative au règlement de la question des biens des Jésuites.