Annual General Assembly


May 10 2017, from 17:30 to 18:30

Location: 
QC


Un Barreau qui change, qui déménage et qui se veut inclusif
Par Johanne Landry

Le mercredi 10 mai a eu lieu l’assemblée générale annuelle du Barreau de Montréal à l’hôtel William Gray. Côté finances, le trésorier, Me Michael N. Bergman a annoncé un surplus budgétaire de 142 565 $ pour l’exercice se terminant le 31 mars 2017. Il s’agit du sixième exercice consécutif à dégager un surplus.

Le Mérite du Barreau de Montréal remis à Me Alec Fafard

Me Simon Tremblay, bâtonnier sortant, a souligné le dévouement de Me Alec Fafard au Salon VISEZ DROIT, dont il est l’un des piliers depuis une dizaine d’années. Non seulement y consacre-t-il un nombre d’heures incalculables pour accueillir les participants, soutenir ses collègues et rédiger des scénarios, mais il se rend aussi dans les écoles rencontrer les élèves pour les aider à répéter tout en les sensibilisant à leurs droits et obligations.

« Ce désir d’éduquer, de former, d’aider et de comprendre les besoins des individus afin de mieux les représenter est issu de ma pratique quotidienne auprès de la jeunesse », a dit Me Fafard faisant remarquer que les enfants reproduisent ce qu’on leur apprend. « De là notre rôle crucial comme parent, comme éducateur, et comme adulte », a-t-il poursuivi.

Le rapport du bâtonnier sortant

Faisant son rapport d’activités pour l’année qui se termine, Me Simon Tremblay a d’abord annoncé l’achat de l’immeuble rue Notre-Dame, face au Palais de justice, propriété de Wilson & Lafleur, soit la librairie, le sous-sol ainsi qu’un condo commercial à l’étage, un total de 4 400 pieds carrés pour la somme de 1 120 000 $ et cela après qu’une étude ait confirmé que cet achat était préférable à la location de nouveaux locaux. La prise de possession se fera autour du 1er octobre et le déménagement au début de l’année 2018. Le Barreau de Montréal aura ainsi sa propre maison. La moitié du prix d’achat sera prise à même les surplus accumulés et l’autre 50 % sera financé sur 25 ans.

Parmi les autres dossiers qui ont particulièrement retenu son attention, Me Tremblay a parlé de la création d’un comité pour les membres qui ont une carrière alternative et d’un autre sur les règles de fonctionnement du Barreau ; ainsi que de l’amorce des travaux pour la création d’une association professionnelle d’avocats et d’activités pour souligner le 375e anniversaire de Montréal. Pour ce qui est de l’adoption des lois en langue anglaise, Me Tremblay s’est réjoui de deux avancées, alors que le Barreau du Québec se portera codemandeur au dossier et que le Gouvernement du Québec embauchera deux avocats civilistes maîtrisant parfaitement la langue anglaise pour réviser toutes les lois et assurer la qualité de la traduction. Au sujet des sténographes de langue anglaise, Me Tremblay a aussi souligné de belles avancées et annoncé qu’il avait ratifié avec la juge en chef de la Cour du Québec et le juge en chef de la Cour Supérieure, une heure à peine avant l’assemblée, une lettre d’entente concernant l’utilisation de moyens technologiques pour l’enregistrement de dépositions faites hors cours si les parties y consentent.

Le nouveau Conseil

Me Simon Tremblay a ensuite présenté les membres du nouveau Conseil du Barreau de Montréal. Le bâtonnier, Me Brian R. Mitchell, le premier conseiller, Me Michel P. Synnott, le trésorier, Me Philippe-André Tessier, le secrétaire, Me Extra Junior Laguerre, la représentante du Jeune Barreau de Montréal, Me Caroline Larouche ainsi que les conseillers, Me Michael N. Bergman, Me Marie Cousineau, Me Francisco Couto, Me Alexandra Popa, Me Alexandre Forest, Me Sonia Lebel, Me Walid Hijazi et Me Robin Schiller.

Le bâtonnier 2017-2018

C’est sous le thème « un Barreau inclusif » que le nouveau bâtonnier de Montréal, Me Brian R. Mitchell, entend regrouper les stratégies du Conseil pour la prochaine année afin de refléter la richesse et la diversité culturelle et ethnique qui sont la réalité de la métropole.

Les priorités orchestrées sous le thème « un Barreau inclusif » touchent cinq groupes : les jeunes membres qui ont besoin d’emplois intéressants, stimulants et rémunérateurs, les avocates dont le taux de rétention dans la profession est inquiétant, les membres des communautés ethniques et culturelles, les membres de la communauté LGBTQ et les membres en détresse, que ce soit lié à des problèmes d’alcoolisme, d’épuisement professionnel, de stress ou tout autre problème de santé mentale.

Me Mitchell entend aussi poursuivre le travail amorcé par ses prédécesseurs notamment en regard de la constitutionnalité du processus d’adoption des lois au Québec, ainsi que de la qualité des lois en langue anglaise.

Le cocktail de l'Assemblée générale annuelle a été généreusement offert par:

 

Signups closed for this activity

FOR INFORMATION