Me Peter Kirby


Me Peter Kirby : l’homme aux mille histoires
Par Christine Aubé-Gagnon, avocate
(Article diffusé le 17 novembre 2015)

http://www.barreaudemontreal.qc.ca/images/infolettre/FigureMaitre/SOLLOWAY_Ian.jpgLe parcours de Me Peter Kirby est composé de nombreuses belles histoires.

L’histoire du jeune homme

Survolons brièvement les premières années. Naissance en Irlande, départ familial pour l’Angleterre, départ pour l’Amérique : les États-Unis d’abord, le Canada ensuite. À Montréal, ne pouvant jadis pas parler un mot en français, Peter Kirby a d’abord travaillé comme commis-débarrasseur, puis il a « graduated to wheelman, the cook who calls out the orders and cajoles everyone else so the plates for a particular table all hit the window at the same time ». Par la suite, il a successivement « gradué » de manière à devenir un brillant avocat, puis un auteur apprécié par la critique.

L’histoire de l’avocat reconnu par ses confrères et consoeurs

À Montréal, son aventure débute à l’Université Concordia, où un « mature student program » lui permet de suivre des cours de soirs… à la condition de suffisamment performer sur le plan académique, ce qu’il fait évidemment.

Il est d’abord particulièrement intéressé par l’histoire et l’anglais, mais surtout par l’économie. Cependant, malgré cet intérêt, il s’avère que les mathématiques appliquées ne sont pas sa tasse de thé. Pour faire de l’économie sans les mathématiques, il pense au droit. Après Concordia (B.A. (Hons), Sciences économiques, 1979), il s’inscrit en droit à l’Université McGill (B.C.L., 1983). Or, la compréhension de certains éléments en français s’avère parfois fastidieuse. Bien qu’il veuille rester à Montréal, pour pallier cette petite lacune, il opte pour la France et s’inscrit à l’Université Montpellier I (D.E.A., Droit international, 1984). Ensuite, il revient à McGill pour compléter le tout (LL.B., 1985).

Jumeler l’économie et le droit, c’est ce qu’il a fait dès son stage et jusqu’à ce jour : d’abord, chez Gottlieb & Pearson (comme stagiaire, avocat et associé), puis, à compter de 1997, chez Fasken Martineau (jadis Martineau Walker). C’est là qu’il consolide sa pratique, pas exactement typique, décrite comme : « l’éventail des questions se rapportant au commerce transfrontalier des produits et services, y compris les questions liées à la réglementation et au commerce, les accords commerciaux, les recours commerciaux, l’arbitrage commercial international, l’arbitrage investisseur-État, le droit douanier, et les contrôles à l’importation et à l’exportation. » À titre d’exemple, depuis 1986, il a agi à titre de conseiller juridique dans plus de 40 enquêtes sur les droits antidumping et compensateurs : des briquettes de charbon provenant des États-Unis en 1986 aux extrusions d’aluminium en provenance de Chine en 2015.

Aux fins de cette pratique internationale, Me Kirby devient membre de quatre Barreaux: le Québec d’abord (1986), suivi de l’Ontario l’année suivante (1987), puis du Massachusetts (1994) et de New York (1995).

Les distinctions de Me Kirby sont trop nombreuses pour être convenablement résumées, sans compter qu’il n’est pas friand d’élaborer longuement au sujet des marques de reconnaissance qu’il a reçues. Mentionnons simplement, à titre d’exemple, qu’il est reconnu « Most frequently recommended » dans le domaine de la réglementation du commerce international dans le Guide to the Leading 500 Lawyers in Canada publié par Lexpert/American Lawyer, a été désigné « étoile nationale en litige » dans le domaine de l’arbitrage international par Benchmark Canada et est reconnu comme l'un des meilleurs avocats au Canada en commerce international et financement par The Best Lawyers in Canada (éditions 2006-2016).

L’histoire de l’auteur apprécié par les critiques

Peter Kirby écrit de la fiction depuis qu’il a quitté l’école, mais après l’école, élever une famille et bâtir une pratique lui laisse peu de temps. « The sock-drawer filled up with unfinished pieces. I figured writing legal briefs was close enough to writing fiction. But it wasn’t. It still isn’t. »

Durant les dernières années, sa pratique étant manifestement bien solide, il a pu consacrer plus de temps à l’écriture. Si bien qu’en octobre 2012, 2013 et 2015, il a successivement lancé trois livres relatant les aventures d’un personnage qu’il a créé, l’inspecteur Luc Vanier, et qu’il fait fictivement évoluer dans les racoins réels de Montréal.

Les critiques sont franchement excellentes et son premier livre a même fait la courte liste pour le prix « Best Crime First Novel » (The Arthur Ellis Awards for Excellence in Canadian Crime Writing). Personnellement, j’ai adoré ces livres captivants, originaux et réalistes.
Avis aux intéressés, les deux premiers chapitres du troisième tome sont disponibles gratuitement ici : http://peterkirby.ca/open-season-a-luc-vanier-crime-novel-by-peter-kirby. Un avocat est un témoin important dans ce livre qui traite de kidnapping et de trafic humain.

La carrière de l’avocat a certainement atteint des sommets… et tout porte à croire que l’avenir réserve le même sort à l’auteur.